Kojima H. Kensei [Prez' terminée]
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Un lien avec un personnage déjà actif sur le forum ?
Alors opte pour un personnage prédéfini !



[Voir Liste]

Partagez | 
 

 Kojima H. Kensei [Prez' terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   Dim 28 Aoû - 0:41


BLEACH OTHER WORLD
FICHE DE PERSONNAGE


NOMS : Kojima
PRÉNOM : Hatake Kensei
SEXE : Masculin
AGE : 313 longues années.
GROUPE : Shinigami
RANG : Cap'tain de la cinquième division.


DESCRIPTION PHYSIQUE
Kensei ? Ouais ouais, je le connais. Faut dire que c’est un mec qui s’oublie pas facilement, vous savez. Le décrire physiquement, est contradictoirement facile et difficile. Enfin, façon de parler. Il n’y a qu’à le voir ne serait qu’une seule fois, pour comprendre ce que je dis. Non non, je ne vous fais pas marcher. Il n’est pas vraiment d’une beauté à couper le souffle, mais son être tout entier impose ce petit coup d’œil involontaire, qu’on se risquerait d’effectuer, avec cette pointe de crainte, mêlée à un soupçon d’admiration. De manière indirecte, il impose le respect. C’est subjectif hein, mais ça a presqu’un ton d’objectivité, c’que je dis. Mais comme les humains ont l’habitude d’ajouter, on n’a pas tous les mêmes goûts, et certaines personnes, justement, pourraient ne pas voir dans ma visée naturelle des choses… De très loin, il est assez difficile, et ce, même pour les borgnes, de ne pas percevoir une silhouette que je qualifierai de « mini-géante », si si. Pour moi, Kensei c’est la grande girafe qui n’arrive pas à se fondre dans la masse normalement « humaine » si je pourrais me permettre de le dire ainsi. Ne pas le voir, serait tout simplement un acte d’ignorance pure et simple. Il n’y a pas que la taille qui impressionne chez lui. C’est un gros malabar. Une montagne de muscles ambulante. De par cette réalité irréfutable, et parmi un lot restreint de personnalités qui forment l’exception à la règle quand à la population spirituelle Kojima y fait parti intégrante. Tout chez lui, est vraiment frappant. De ses cheveux, jusqu’à la couleur de sa peau, en passant bien sur par ses prunelles. Atypique comme tout le monde, certes, mais atypique à sa manière. Bref, passons ce global, pour rentrer dans le vif du sujet.

L’visage de Kensei ? Il est légèrement opposé à l’ensemble de sa carrure. Bien qu’il ait presque l’air d’une « brute épaisse », son faciès exprime la sérénité, la douceur, le bien être… et le petit côté frimeur, lorsqu’il arbore quelques fois, un petit sourire bien à lui, dont il a le fameux secret. En gros, il représente le gros mignon garçon qu’on pourrait croiser dans un recoin de la rue. Son visage, de par son côté doux estompe l’appréhension quand au reste de son corps. C’est en évoquant la douceur de sa face, qu’on vire vers une certaine partie qui la caractérise telle quelle. Son arcade sourcilière. En effet, si le regard de Kensei n’est nullement dur, ni perçant, c’est bien à cause de ses sourcils. D’une forme oscillant entre le pointu, et le droit, ses sourcils constamment surélevés lui confèrent un regard assez laxiste, et bienveillant. Aucune once de malveillance n’est à déceler dans son regard. Ses yeux quand à eux, sont bridés et les paupières supérieures y sont légèrement visibles. Pas bossus non plus. La couleur de ses prunelles est d’un vert de jade, mais pour être complètement en harmonie avec la couleur de sa peau, il ira mettre des lunettes de soleil à teinte rougeâtre. Il a un cou pour le moins, large et raisonnablement long. Parties évidentes de son visage, et complètement démunies d’une quelconque pilosité, les joues d’Alheïri sont dans la norme. Elles sont loin d’être joufflues en fait. Sa mâchoire se trouve elle aussi dans les normes. En gros, il n’y a pas de signes particuliers quand à sa face. Elle est d’une forme ovale, voir presque allongée, mais rien de vraiment trop étonnant. Sa chevelure est un véritable champ de bataille. Mi courte, elle est la plupart du temps dressée en sortes de pics. Pour couronner le tout, ce qui le rend, quelque peu « extravagant » elle est de couleur noire jais. Par respect pour sa propre personne, et pour le fait d’être un tant soi peu présentable, il les enduira de défrisants, histoire qu’ils soient plus soyeux. Certaines mèches retomberont même devant son front dégarni. Son nez est mutin, et ses lèvres rosies sont assez petites, pour former une bouche discrète. Ponctué par un menton presque carré avec un certain angle prononcé… Sa dentition est correcte, c'est-à-dire blanche, complète, et régulière.

Dans l’ensemble, il ne pèse pas moins d’une centaine de kilogrammes. Ce poids impressionnant est expliqué surtout par la lourdeur de ses muscles, et de ses os, suite à une croissance rapide dès le bas âge de l’adolescence. Nombre, qui se marie parfaitement avec ses deux cent vingt-deux centimètres. Vous ne trouvez pas tout cela assez ? Lui, si. Remarquez, c’est très pratique lorsqu’est dressé un obstacle devant lui, ou tout autre chose de ce genre. Il ne peut réellement se comparer aux géants des quatres portes du seireitei, mais ses muscles sont assez notables pour être appréciables. Ouaip, il est balèze ce type. Et il n’y a pas que ses bras qui sont baraqués. Ses épaules aussi. Elles sont carrées, et légèrement voutées vers l’avant, cause de sa trop grande taille. Sa poitrine quand à elle est assez développé, imposante. Son abdomen est correctement sculpté. Ce n’est pas des tablettes de chocolats qui lui manquent en tout cas. Il est assez complet au niveau de son torse. Sur ces points, rien à ajouter. Ses cuisses et jambes, sont assez athlétiques, et effilées. Une situation qui l’arrange sur bien des plans. Cela facilite sa marche, qui peut s’avérer assez vive par quelques simples enjambées. Tout cela pour dire qu’il n’a pas vraiment de problèmes avec sa physionomie, mis à part son dos qui le fait quelques fois souffrir… Oui oui, la grande taille a aussi ses inconvénients…Des muscles fessiers identiques à ceux d’un homme de son âge, ainsi qu’une poigne vigoureuse à force de trop s’axer sur les aptitudes physiques. En parlant de ses mains, elles sont de formes carrées, ce qui d’après les croyances, relèvent d’un caractère difficile.

Vient le sujet le plus fatidique de toutes ces descriptions. Sa peau. Rares sont les personnes à peau mate dans l'ensemble de la population. Ils se comptent en effet sur les doigts de la main. Elle suscite bien de questions, ce qui a le talent d’agacer le pauvre Salem. C’est en majeur partie à cause d’elle qu’il a droit à être dévisagé en plein couloir d’un quelconque bâtiment de la marine, sa taille n’arrangeant en rien les choses. Signe de luxure, elle a l’art de révulser certaines personnes. Cette situation n’a rien à voir avec un racisme probable, mais plutôt un problème de principes vieillissants. D’où, la crédulité de certaines personnes… Et encore heureux que ce genres de personnes soient rares…

Son code vestimentaire, reflète les états d’âmes dans lesquels il peut être baigné. En gros, il à une grande garde robe, et ne se prive pas du plaisir de se vêtir correctement. Il aime suivre la tendance. Aussi petitement soit-il. Malgré son âge, cela lui permet de rester « branché » comme on dit. Mais il la suit lucidement. Pour lui, chaque chose à son temps. Donc en général, il s’habille de manière sobre. Les couleurs qui tapent immédiatement l’œil, c'est pas trop son trip. Il préfère les couleurs un peu sombres, ou un truc simple qui n’attire pas grandement l’attention (Ce qui déjà est peine perdu vu sa taille). Comme tout shinigami, il aussi arbore le traditionnel shihakusho, sans manches, et parfois même, des géta en guise de chaussures. Salem a un fourreau en bois, attaché à sa taille, et dans lequel est logé son zanpakutoh, puisqu’il s’agit tout simplement d'un katana classique. Les côtés de son haut sont assez espacés pour qu’on puisse voir son imposante poitrine. Il fera de même avec son improbable haori, ou s'hasardera parfois même, à l'attacher autour des reins. Enfin, sont accrochés à ses oreilles, de petites boucles d’oreilles en argent très discrètes.


DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE
Le malabar semble être d’une nature complexe aux premiers abords, mais il n’en est rien. C’est un homme simple. Simple de par son indépendance vis-à-vis de bien de personnes. Bien que pensif à certains moments, il fait presque tout avec banalité, sauf si l’occasion ne requiert une plus grande force physique et psychologique supérieure à la normale. Il n’a pas forcement besoin d’autrui pour survivre. Il n’est pas forcement ténébreux, mais n’est pas non plus le plus grand des hommes sociables. Il peut être facilement cernable, pour qui voit dans sa visée naturelle des choses. Autrement, c’est la déroute infernale. D’ailleurs, qui s’amuserait donc à l’étudier ? D’un haussement d’épaules, il en rirait, et laisserait libre cours à la personne, en lui dévoilant ses habitudes des plus évidentes aux plus tordues. Lui ne se considère pas comme une énigme, d’où sa croyance équivalente de sa mentalité à celle des autres hommes. Pour faire une petite conclusion, il est facile à vivre. Mais gare… Une mentalité cernable ne veut pas forcement dire exploitable. C’est de là que vous serez peut être confronté à une imprévisibilité… qui peut faire très mal pour finir. Dès lors, il vous sourira sournoisement, et reprendra comme par enchantement, sa mine hébété de chaque jour, pour vous en dire un peu plus. Ce n’était qu’un global de sa personnalité, pas si complexe que ça. Un libertin parmi tant d'autres...

S’il y’a un homme qui a connu certaines difficultés dans cette vie si éphémère, c’est bien Alheïri. C’est sans doute ce qui lui a ouvert les yeux sur la beauté des rares choses de ce monde perverti. Il y’a tant à faire dans cette vie là, que ne pas en profiter serait d’une bêtise sans précédents. Le sexe, l’alcool, l’amitié, l’amour… Tellement gai et positif n’est ce pas ? C’est ce qui rythme pourtant sa vie quotidienne, qui se trouve être rarement ennuyeuse, monotone. Le boulot, d’accord, mais les plaisirs également. D’ailleurs, il n’hésitera pas à laisser son travail pour sortir faire la fiesta. Un côté fêtard qu’il ne réprimera pour rien au monde, et ce, même devant ses supérieurs. L’amusement, c’est une façon pour lui d’exister. Elle ne prend pas le dessus sur sa lucidité, mais elle fait partie intégrante de son comportement.

En parlant de boulot… Plus paresseux que lui tu meurs, ou tu mourras. Il n’aime pas creuser sa tête trop longtemps, et préfèrera sombrer dans une activité plus rentable comme le sommeil, dans un quelconque parc. Les espaces verts sont tellement agréables pour sa personne. Un fait normal pour un glandeur de son genre. Les efforts sans rentabilités, ce n’est pas vraiment sa tasse de thé. Pour lui, le besoin de raisons pour une quelconque centralisation est primordiale. Dites lui ce qu’il peut gagner, et il se tirera rapidos de sa carapace oisive. Autrement, Salem se révélera aussi mou qu’un simple légume proche de la pourriture. Encore faut-il que vous soyez assez convaincant. Ah ! J’oubliais une chose. Ne le tirez jamais de son sommeil sans raisons, ou sans être un de ses supérieurs direct. Il n’est pas bien méchant, mais se vengera à sa manière. Directement ? Bien sur que non. Il attendra le moment opportun, c'est-à-dire, celui où vous vous attendrez le moins pour vous rendre la monnaie de votre pièce. Oui oui, vous pourrez le dire haut et fort. Il est méchant, il est sadique, et c’est bien normal. Vous l’aurez mérité. Son sommeil, il est d’or…

Vous parlez de sa bienfaisance. Evidemment qu’il peut l’être. C’est tout de même un adulte avec un minimum de sociabilité. Mais bien que non excentrique, il se mettra à penser que c’est vous qui pouvez plutôt le servir. Lui se contentera d’effectuer de tous petits services qui peuvent se faire sur la minute, pendant qu’il vous demandera à vous d’en faire des montagnes. Votre sacrifice, et votre loyauté (Si on peut dire ça comme ça) lui donnera envie de vous rendre la pareille à un certain moment. C’est de la que vous pourrez le considérer comme une épaule sur laquelle vous pouvez vous reposer…

Et, quand Salem est véritablement prêt à aider, sa fougue d’un jour estompe complètement son côté flemmard. Homme de parole, il fera tout pour vous satisfaire. Enfin… dit comme ça, on pense à autre chose… mais il jauge une situation avant de donner son accord. Vous le voyez foncer dans une affaire tête baissée ? Évidemment que non. Obligé donc de vous aider dans une disposition qu’il trouvera délicate, il essayera de faire du mieux qu’il peut sans pour autant donner de garanti… Quoiqu'il y mettra toute son énergie, et toute son âme.

Salem est sans aucun doute à l’image de sa division actuelle (la cinquième). D’un caractère relativement humble -Ce qui est difficile à croire quand on le sait fêtard et pervers- il s’avère être très respectueux même envers les moins gradés, et exempt de vanité. Le voir s'amuser avec ses pouvoirs où son rang ? Très peu pour lui.

Un manque de tact ? Les choses dites de manières assez crues ? C’est pas vraiment son trip. Par contre, la manière douce, et presque sournoise, il l’adoptera sans problèmes, histoire de calmer les nerfs les plus surexcités. Quoi de mieux qu’une mise en garde effectuée avec la plus grande délicatesse… D’ailleurs, il trouve ça assez tripant d’effrayer avec quelques mots, et n’hésitera pas à prendre un ton assez silencieux en plus d’une certaine mine presque sinistre pour énoncer ses pensées, ce qui est en forte contradiction avec son côté…

Pitre & festif ! S’amuser… Quoi de mieux dans cette vie… ? Véritable comédien, il peut jouer de divers émotions comme les pleurs, devant une tierce personne pour qu’elle lui rende service. Il peut aussi s’amuser à sautiller derrière de très belles filles qu’il a accosté dans une rue, comme faire exprès de se jouer au maladroit demeuré. Et ce même, en pleine affaire importante. Des changements d’ambiances ? Il y’en a beaucoup. Il peut passer du rire aux larmes, du blanc au noir, vice versa. Il a aussi l’art de s’égosiller, et de se plaindre comme un enfant, surtout quand il n'a pas envie d'effectuer un quelconque boulot.

D’ailleurs, ces exemples montrent comment il peut être grossier, rien que pour le plaisir d’embêter son entourage. S’il ne veut pas vous écouter sans avoir la foi de vous repousser, et ce même gentiment, il commencera à se curer le nez, sans une once de gêne. En le prenant pour un vrai « porc » vous vous en irez, sans vraiment demander votre reste. Il pourra aussi, roter, ce qu’il arrive facilement à faire en tout temps, où même lâcher un pet qui s’avèrera assez mortel pour l’un de sens les plus fragiles que vous avez, à savoir, votre odorat. Et puis il aime bien ça, s’gratter les fesses devant tout le monde, avec un sourire gracieusement ridicule. Son image ? Mais il s’en fiche carrément. Qu’est ce qu’il en à foutre, qu’on le prenne pour un pauvre imbécile ? D’ailleurs, les médisances prouveront bien que certaines personnes lui accordent une certaine importance. Jalousie cachée ? Va savoir… Il faut de tout pour faire un beau monde, n’est ce pas… ?

Mouais, mais n’empêche qu’il peut être sérieux, et bon conseiller quand il veut hein ! Que croyez-vous ?! Qu’il est vraiment un clown de service ? Tout ceci que façade. Alheïri peut être soudainement d’un flegme impassible, si bien que sa mine sinistre peut effrayer son entourage. Ne jamais le prendre pour bête. Il est bien plus sagace, qu’il en à l’air. Ce côté favorise aussi sa solitude, qui peut être assimilé, à un recul ou à un retrait. Généralement dans ce genre de cas, il est plus cloitré dans ses quartiers privées, ou dans un endroit isolé avec une petite flute folklorique, ou du matériel artistique. Dessiner n'importe quoi lui apporte réconfort, et parfois même, réponses à ses questions existentielles.

D’ailleurs, ce beau comportement d’intello se répercute sur son côté lubrique. Oui, quand il est attiré par une fille, il ne la taquine pas comme il le fait à son habitude, mais fonce comme tout homme qui se respecte, avec tout le sérieux du monde. Il n’est pas le plus habile des dragueurs, mais fait tout pour avoir ce qui l’intéresse. La chair est faible, les esprits également, et lui ne fait toujours pas exception à la règle. D’ailleurs une chose à l’art de l’envouter chez une fille, qu’elle soit jeune, ou mûre : La poitrine. Voir deux grosses masses de chairs ballotants fascine Salem, plus que tout. Un décolleté bien plongeant le trouble assez. D’ailleurs, ce pourrait être l’une des choses qui causeront un jour sa mort…

Boire… Salem adore ça. A un point où il frôle vraiment l’alcoolisme. Il aime surtout le saké. Il peut se taper au moins quatre litres de ce breuvage, tel un vieux russe avec sa vodka. Mis à part les plaisirs charnels, c’est en quelque sorte, sa drogue, son péché mignon. Vivre sans alcool ? Impossible. Il pourrait certainement s’y ruiner. Il boit à toutes occasions. Sorties, travail, repos etc… Si vous lui offrez une bouteille de qualité, vous pourrez être sur que vous êtes d’ors et déjà son ami, et c’est avec bon cœur qu’il vous remerciera, sourire disgracieux aux lèvres. Comment ça, il est influençable ?!

Gros paradoxe, avec son côté peacemaker, Salem peut s’avérer accrocheur. C’est juste un côté sympathique qui l’amène à accepter de petits défis physiques, ou entrainements. Questions de funs. Etant adepte d’arts martiaux, et de zanjutsu, il aura toujours l’honneur de se frotter à quiconque saura l’approcher, et lui demander. Ses mots d'ordres sont divers, quand à son appréhension de la vie, mais s'il y a bien une chose que Salem ne supporte pas du tout, c'est bien le non respect des valeurs morales. Rien que pour ça, il est capable de vous faire vivre un pire cauchemar. Il ne va pas garder rancune et même loin de là... Il vous le fera payer sur le champ, contradictoirement à ce qui avait été dit là haut. Et à sa manière. Un autre point peut le rendre tout aussi violent de nature : Les hollows. Les exterminer dépasse pour lui, le cadre du devoir et de la survie. Même si après, c'est toujours assez lassant pour un homme tel que lui, que de devoir fournir un effort pour en venir à bout.


HISTOIRE
Seireitei…


L’ère féodale avait toujours été de mise, dans ce monde parallèle qu’est la Soul Society, où le temps paraissait comme étant complètement figé. Traditionalisme était à l’ordre des temps. Le folklore dominait l’architecture, et il y en allait de même pour les différents vêtements que pouvait arborer chaque habitant. De ce monde, se distinguaient fermement deux groupes, comme on les voyait dans toutes les histoires. Et, celle de notre protagoniste se déroulait dans le groupe des civils qui appartenait à la noblesse. Noblesse qui jouissait de presque tous les droits, et d’une sécurité à n’en point douter du fait de la présence permanente et effective, des éléments des treize capitaineries. Quand bien même on parlait aussi de noblesse, et quand on s’hasardait à y regarder de plus près histoire de comprendre le fonctionnement d’un groupuscule bien à part, on constatait qu’elle était fortement structurée. Il y avait deux encore deux bords dans ce groupe de privilégiés de la vie. La haute, et la basse noblesse. La haute noblesse ne constituait qu’une minorité de cinq familles, tandis que se tenaient plusieurs autres familles dans la basse noblesse. Ces derniers étaient soit des vassaux, soit des indépendants, ceux-ci étant très rares. Toujours est-il qu’un enfant avait toujours une cuillère en or, lorsqu’il naissait dans ces contrées. Et, Salem pour sa part était heureusement l’un d’eux…

C’est par une chaude journée que notre protagoniste vint au monde. Le petit saligaud qu’il était n’avait pas vu meilleur temps, que de naitre à l’heure même du déjeuner. Le premier de la famille. Sa naissance avant non seulement fait la fierté de ce couple qui eût tant souffert pour l’avoir, et avait mobilisé toute un lot de personne autour du lieu d’accouchement. C’est vous dire l’effervescence lorsqu’on annonça au reste de la famille, l’avenue d’un tout petit garçon. Les Fenyang étaient une famille uniquement composé d’artisans en tous genres. Un métier à la fois ludique et carrément lucratif. La mère de famille était issue du clan des Aramaki, une famille de forgerons. Elle-même avait exercée dans le métier où elle excellait brillamment, bien avant sa rencontre hasardeuse, avec le dénommé Kazuya Fenyang, homme à la tête de la famille du protagoniste. De teinte peu brune, Jun était assez grande de taille, et avait des proportions hors normes, comme sa poitrine généreuse, et la taille exagérée de son bassin, qui pouvaient faire fondre n’importe quelle autorité au sein du Seireitei. Curieusement, et malgré son métier qui demandait une force physique brute, et qui détériorait certaines parties du corps, Dame Fenyang avait un minois pour le moins angélique, en plus d’avoir des manières douces en public. D’ailleurs, certaines femmes la jalousaient, tant sa beauté, mais ce n’était après qu’une sorte de rivalité amicale, chose dont elle n’en avait cure malgré tout. Par contre, si elle n’était point facile à aborder, c’est bien parce qu’elle avait un côté de feu, paradoxalement opposé à son comportement tendre qu’elle avait naturellement. Il lui arrivait même de donner un coup de pied aux couilles d’un noble qui venait la draguer ouvertement, après s’être complètement bourré la gueule de saké. Vice-présidente de l’association des femmes nobles, elle avait l’art de la psychologie, et de la pédagogie, et savait y faire avec toutes les catégories de personnes. Aguichante à ses heures, calmer les hommes en ruts n’était qu’un exercice comme les autres pour Jun. Il ne s’agissait pourtant ni plus ni moins, d’une ancienne forgeronne, qui avait décidé de laisser son métier et de s’affirmer en tant que femme, au profil de son tendre époux. Quand à ce dernier, il se nommait Kazuya Fenyang, et était âgé d’une quarantaine d’années de plus que son épouse. Lui, c’était la montagne de muscles qu’on ne pouvait s’empêcher de fuir, tant son ton était bourru. Ce gars là, il était effrayant. Pas tellement beau, mais pas vraiment laid non plus ; sa taille approchait les deux-cent centimètres, et son visage était marqué par quelques cicatrices qui attestaient même de son expérience en combat en tant que Shinigami. Il était anciennement lieutenant de division. Vice-capitaine qui se voulait pourtant très laxiste et transigeant, contrairement à ce que l’on pouvait croire, rien qu’à se focaliser sur sa carrure. C’était le gars qu’on voulait avoir dans nos relations, lorsque tout allait mal. Amateur de bonnes blagues autour d’un tonneau de saké, et quelques peu grossier à l’occasion, c’était même à se demander quelques fois comment il avait réussi à charmer la belle Jun, qui elle semblait l’aimer à en mourir jusqu’à ne pas se retenir de glousser lorsqu’elle se promenait avec lui, main dans la main. A la mort du grand père de Salem, il eut été lui aussi obligé de délaisse ses fonctions, au profil des affaires de la famille noble, qui se devait de continuer à fonctionner. Petite désillusion pour ce nouveau garant des traditions, qui relativisa au fil du temps.

Entre ces deux personnalités charismatiques, l’enfance de Salem ne put être qu’harmonieuse. Faut dire qu’il n’avait rien n’à envier à personne. De plus, le privilège dont il bénéficiait vu le statut de ses parents le rendirent un tant soit peu espiègle, dès l’âge de treize ans seulement. Capricieux aux abords, il ne pouvait supporter un seul instant qu’autre homme à part son père, puisse toucher sa génitrice, même pour la saluer, en auquel cas, il attaquait les jambes du dudit malheureux par les dents. De plus, son côté petit-saligaud-bandit-de-mes-deux l’incitait à faire tout un tas de bêtises, comme effectuer un pet devant un officier quelconque, ou dédicacer son majeur à homme qui eut l’audace de lui faire une remarque désagréable, que ce soit de la manière douce, ou non. A cet âge là même, il s’avérait être un leadeur pour tous les enfants de sa génération, avec qui ils aimaient trainer ici et là, à la recherche de conneries à perpétrer, gros sourires aux lèvres. Bien sur, ils finissaient toujours par atteindre leurs objectifs, au grand dam de leurs parents. C’est sans compter la bonne fessée que Salem recevait de la part de sa mère, toujours rouge de colère, sous les rires hilarants de son père, et qui en pleurait presque, lorsque son fils effectuait la moue. Pour finir, tout revenait à la normale. Le repas familial était alors tout le temps festif, et le petit bout de chou repensait à ses aventures à fignoler pour le lendemain, en compagnie de ses frères de balourdises. Cette période d’insouciance dura longtemps jusqu’à ce qu’il le début de son adolescence, chose où enfin, les évènements devenaient intéressants…

~¤'°'0’°'¤~


Il ne s’agit, ni du réveil d’un super héros comme on pourrait le croire, ou ni d’un combat titanesque l’opposant à un gigantesque Hollow d’une cinquante de mètres, comme on les voyait dans la zone du rukongaï ; mais bien du récit d’un personnage banal qui saurait peut être changé l’histoire de son monde à travers les futurs péripéties qui l’attendaient…

~¤'°'0’°'¤~


C’était une journée comme toutes les autres, apparemment. Comme à son habitude, le petit Salem dormait profondément dans sa chambre. Le ronflement qu’il émettait risquait un brin, d’éclater cette grosse bulle qui s’était formée à la lisière d’une de ses narines. Pépère dans son coin, il était trop bien encré dans son rêve pour entendre des bruits de pas alarmants. Sa porte coulissa à la volée, et les premiers rayons solaires illuminèrent désagréablement son visage. Dans un effort rocambolesque, il réussit à ouvrir un œil, quand sa vision encore floutée capta l‘image d’un groupuscule de personnes. Automatiquement donc, son cœur fit un bond dans sa poitrine, tandis que la panique l’envahissait lentement. Jamais on ne l’avait réveillé de la sorte auparavant, et à une heure aussi matinale. Il voulut rapidement s’échapper de la grosse couverture dans son lit, mais une géante main, vient à l’empoigner par la robe de nuit qu’il portait. Il commença à crier, brailler, tout faire, mais quedal. Le malabar n’était pas vraiment prêt à le lâcher. Et, ce malabar qui s’avérait être son père, l’attrapa sous son aisselle avant de commencer à rire, tout entouré de ses gardes. Quand sa vue fut rétablie par le semblant de larmes qui nettoyèrent ses yeux, Salem vit des ornements, et un fatidique uniforme qui en disait long sur les intentions de ses parents. Aujourd’hui était jour de son anniversaire. Aujourd’hui était synonyme d’entrée au shin’oreijutsu-in. La sale coïncidence. Chose qu’il avait contesté durement, alors qu’on lui avait annoncé la nouvelle, il y’a de cela une bonne année. Cet évènement, il l’avait complètement oublié, et c’était avec mauvaise humeur qu’il jeta à l’eau, tous projets de résistances. Que pouvait-il faire de notable ? N’était-ce pas les traditions qui le voulaient ainsi ? Traditions là même qu’il reniait involontairement, de part ses bêtises, et son comportement d’indépendance. Pour lui, sa providence était toute tracée. Il était obligé de passer par cette case, qui marquait un peu le départ de la vie active d’un homme. C’était comme ça dans le clan des Fenyang, et ce depuis belle lurette. Fallait aussi avouer que toute la maisonnée était en effervescence. Le premier garçon du couple débutait le chemin sinueux qui le conduirait indéniablement à devenir un homme grand. Et malheureusement, fallait que ça commence forcement par ce qui allait lui demander des rentabilités à n’en point douter : Le monde tumultueux des shinigamis. Dure dure la vie de nobles, quand on y repensait. Et pour causes ; les règles à suivre, la bonne conduite à adopter, et les obligations qui incombaient le nom prestigieux d’un tel clan. Tous ces codes capables de vous pourrir la vie. C’en était à presque à chier. Pour ne pas dire tout court, que cela faisait complètement chier Salem. Quelques temps plus tard, accoutré de son premier uniforme de nouvel étudiant, le premier fils de l’illustre Fenyang marchait de manière droite, le dos torturé par la bonne posture qu’il devait prendre, lui qui était tout le temps vouté. Il était accompagné de maintes gardes qui prenaient le soin même, de le garder hors du contact de l’astre solaire par le biais d’une ombrelle folklorique. Son père emboitait le pas de manière fière, et la basse population s’écartait de leur chemin. L’image était récurrente. La plupart de ses amis se dirigeaient aussi vers l’académie spirituelle des shinigamis, accompagnés de leur famille respective. Les salutations polies et formelles étaient à l’ordre du jour. Les sourires aussi. Si certains souriaient joyeusement, d’autres non. Encore une fois, Salem se trouvait dans le lot du groupe des hypocrites. Ce n’est pas pour dire, mais pour un anniversaire, c’était complètement raté. Son sourire qui ressemblait plus à une grimace attestait, oh combien il ne voulait avoir affaire à ce monde qu’il trouvait repoussant de par ses rigueurs qui l’empêcheraient de vivre pleinement sa vie insouciante. Alors qu’il jurait intérieurement à l’encontre du créateur de cette école, son avancée se faisait progressive vers cette dernière. Et il finit par l’atteindre sans problème majeurs, ni même bénins. A croire que les Démiurges étaient contre lui…

À sa grande surprise, le shin’oreijutsu-in était vraiment bondé. Des postulants, il y en avait en masse, toutes origines et classes sociales confondues. D’ailleurs, les enfants venus tout droit du seireitei dominaient en nombre, mais ça ce n’était pas vraiment le problème de Salem, dont une veine palpitait sérieusement sur son front, alors qu’il voyait un sourire adressé à son encontre, de la part d’un petit noble qu’il ne saquait guère. Les réjouissances étaient effectives, et la nouvelle vague chaleureusement salué par un capitaine du moment. Les espoirs étaient portés sur tous ces enfants, mais encore une fois, lors du discours des grandes instances, Salem dans un rang se curait le nez, en regardant méchamment ses futurs encadreurs. Tous des chieurs, qu’il allait emmerder à souhait. Un serment qu’il se fit rapidement, et qui illumina son faciès ponctué d’un sourire méphistophélique. D’ailleurs les débuts en attestèrent un peu. Plus arrogant, et plus malpoli que lui, tu mourrais. Mais très vite, ses tentatives d’enfant gâté se retournaient contre lui-même, puisqu’il s’avérait être au fil des mois, l’élève le plus cancre de sa promotion. Au grand dam de ses parents qui n’y comprenaient rien. Conscient du fait même que ses erreurs, il voulut se rattraper, mais rien n’y fit. Sa bonne foi égalait sa mauvaise qu’il eut déjà démontrée plusieurs fois, et il touchait le fond. C’est bien à ce moment là, que son père lui fut d’une grande aide. Loin de continuer son année déjà gâchée par ses bêtises de premier degré, il prit son fils sous son aile, et commença lui-même à lui inculquer quelques bases fondamentales dans leur résidence familiale, lui qui avait été ancien lieutenant. Le b.a.-ba nécessaire en quelques sortes. La tâche était ardue, les ahans intenses. Mais les efforts payaient un jour où l’autre. A la lueur de la deuxième année de sa promotion, c’est un nouveau Salem qu’on vit. Plus mature, plus sérieux, quoiqu’un tantinet pétulant. Pour la chance que lui accordaient ses parents, et pour son honneur propre, l’échec était inadmissible. Et, c’est un amour propre à la tâche de shinigami qu’il commençait à développer, sans vraiment s’en rendre compte. Si certaines personnes avaient développées des capacités dans certaines branches plus que d’autres, l’héritier des Fenyang était quasiment polyvalent. Il excellait en zanjutsu, et avait plus ou moins un bon niveau en kido. Durant ses heures de libres, et sous conseil d’un formateur, il passait le plus clair de son temps dans l’enceinte du Daireishô Kairô, à étudier l’anatomie humaine. Son imposante carrure lui conférait une certaine force brute, qu’il pouvait aiguiser et développer grâce à l’hakuda. Les résultats de ses concentrations à la suite de tout cela, s’avéraient positifs à la grande stupéfaction de tout l’entourage qu’il avait, que ce soit éducateurs ou académiciens. Le petit Salem bluffait tout le monde puisque son évolution devenait croissante et de plus en plus rapide. A un tel point que trois années plus tard, soit à sa quatrième année d’apprentissage, on lui permit d’intégrer le lot de tous les étudiants, ayant les possibilités d’obtenir un poste important dans le futur. L’examen vint ensuite, et confirma le niveau du pré-adulte. Il était fait pour cette vie.

Ce fut la deuxième division qui l’eût accueillie à bras ouverts. Ses prouesses étaient complètement conformes à la division. Au tout début, il n’était qu’un simple soldat qu’on envoyait faire les tâches ingrates, comme récurer les dojos, ou encore balayer les différentes salles qui parsemaient le coin. Ayant catégoriquement refusé les traitements de faveurs et les pistons dont il pouvait merveilleusement jouir, les plus âgés se mettaient un point d’honneur à le maltraiter. Une sorte de bizutage pour toutes les petites recrues. Mais patience était de mise, et c’est en silence qu’il endurait. Il voulait lui-même se tracer un chemin, ses parents ayant trop faits pour son humble personne. Puis, vinrent enfin les entrainements des nouvelles recrues où Alheïri se démarqua à merveille de ses pairs. Ses performances physiques et sa sagacité l’emmenèrent à intégrer en à peine quelques mois, la section du deuxième escadron, soit le corps de patrouille. Ce corps était en charge de faire des patrouilles à l’intérieur du Seireitei ainsi que de mettre en place des unités de surveillance en cas de détention provisoire. Un exercice dans lequel il excellait avec brio. Les années passèrent ainsi, et il fut même promu comme étant sous-officier de cette force spéciale à force de bon rendu. Sa famille et ses supérieures en étaient fiers. Sa progression se voulait exponentielle. C’est même à cette période, et quand devenu adulte, qu’il fit connaissance de son zanpakutoh lors d’une journée pluvieuse. L’entrainement avait été intense. Le changement assez brusque. Il en était troublé, mais fit un effort pour accepter qu’un intrus puisse maintenant sentir et voir ses désirs les plus ardents. Bizarrement, la communication avec l’âme de son arme n’eut jamais été difficile, et même que c’était carrément le contraire. Il lui arrivait fréquemment de rire seul en plein milieu d’une assemblée, tout ça parce que son zanpakutoh lui débitait des blagues à se tordre de rire. Un allié de mise dans sa lutte contre les hollows. Devenu expert en hakuda, et en zanjutsu, Salem passa de la place de sous-officier à celle du second chef du corps des patrouilles. Un fait non anodin qui le conduisait directement à être le X siège de la seconde division. Un officier notable. Il était enfin homme aguerri. C’est à compter de ce temps qu’il se concentra exclusivement sur le dernier niveau qu’un zanpakutoh pouvait avoir : Le Bankai ! Son entrainement dura une cinquantaine d’années quand enfin et à force de persévérance, il maitrisa totalement l’étendue de son pouvoir.

Cette période coïncida avec la mort du vieux supérieur de la cinquième division. Suite à ses prouesses, et sous la directive d’un autre capitaine, Salem fut à sa grande surprise lors d’une belle journée ensoleillée, appelé à passer le taishyu, soit le premier moyen d’être promu capitaine de division. Mais tout ça, c'était il y a bien longtemps maintenant... Lui qui était maintenant l'un des leadeurs les plus âgés du Gotei 13...


IRL & LECTURE DU RÈGLEMENT
Vérification de la lecture du règlement : [Validée par Gentoku-sama]
Age : 18 ans
Comment as-tu connu ce forum ? : Top-site
Des choses à dire au staff ? : Pas pour le moment, si ce n'est chapeau pour l'originalité du forum. x)



Dernière édition par Kojima H. Kensei le Dim 28 Aoû - 13:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Natsuki Kurodo:: Staff | Ni Ban Taï Fukutaisho ::
avatar
:: Staff | Ni Ban Taï Fukutaisho ::

Humeur : Détendue

Feuillet De Personnage
: : Reiatsu ::
40/100  (40/100)
: : Habilité en Combat ::
46/100  (46/100)
:: Expériences ::
20/100  (20/100)


MessageSujet: Re: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   Dim 28 Aoû - 10:55

Il est peut-être nécessaire de corriger la taille du père je pense, 280 mètres de haut me parait un peu grand ^^".

Une question aussi : pourquoi avoir barrer la partie concernant le bankai ?

Sinon, la fiche me semble acceptable. Bienvenu sur le forum ^^

_________________
Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-other-world.1fr1.net/t6-natsuki-kurodo-vice-capita
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   Dim 28 Aoû - 11:45

Salut Natsu' et merci pour l'accueil. x)

Pour le père, j'ai mit au pif, donc c'est pas un soucis (Même s'il faut noter que les gardiens des 4 portes du seireitei sont des géants d'une vingtaine de mètres de haut :p)

J'ai barré parce qu'on pouvait bien m'le refuser, ainsi que le poste de capitaine, même si j'ai un peu misé sur la dernière phrase de mon histoire.

J'ai modifié pour le père. x)
Revenir en haut Aller en bas
Gentoku Yamiko:: Fonda.| Ni Ban Taï Taisho ::
avatar
:: Fonda.| Ni Ban Taï Taisho ::

Localisation : QG de la Seconde Division
Emploi/loisirs : Traquer & Exécuter
Humeur : Froide

Feuillet De Personnage
: : Reiatsu ::
60/100  (60/100)
: : Habilité en Combat ::
61/100  (61/100)
:: Expériences ::
16/100  (16/100)


MessageSujet: Re: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   Dim 28 Aoû - 12:37

Tout d'abord bienvenue ^^

Alors une petite chose à ajouter. Extrait du règlement :
Citation :
Tout pseudo doit contenir au minimum un prénom et un nom de famille, excepté pour les hollow, et le nom d'un shinigami doit obligatoirement avoir une consonance japonaise.
Merci donc de bien vouloir arranger ceci. Le nom de ton personnage lui colle vraiment à la peau certes mais malheureusement je peux pas faire une exception sinon une certaine blonde va me botter les fesses car je lui ai refusé le sien. Limite on peut t'accorder le nom qui a une consonance mandarin je dirais car après tout on a une famille Fon dans le manga ^^


Sinon très belle fiche, j'ai adoré la lire Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-other-world.1fr1.net/t7-ni-ban-tai-taisho
Natsuki Kurodo:: Staff | Ni Ban Taï Fukutaisho ::
avatar
:: Staff | Ni Ban Taï Fukutaisho ::

Humeur : Détendue

Feuillet De Personnage
: : Reiatsu ::
40/100  (40/100)
: : Habilité en Combat ::
46/100  (46/100)
:: Expériences ::
20/100  (20/100)


MessageSujet: Re: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   Dim 28 Aoû - 13:01

Quand j'avais dit que la taille me semblait un peu haute, c'était en plaisantant. Tu avais écrit 280 mètres, et je pensais que tu voulais dire 280 centimètres. Mais, je vois que tu as corrigé par 200 mètres, donc je me demande si tu voulais pas dire vraiment 280 mètres à l'origine ? Ca fait un peu grand pour avoir une vie de couple, c'est presque la hauteur de la tour Eiffel quand même ^^".

_________________
Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-other-world.1fr1.net/t6-natsuki-kurodo-vice-capita
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   Dim 28 Aoû - 13:07

Merci Yamiko pour l'accueil et les compliments. x)

Sinon pour le pseudo pourriez-vous mettre Kojima H. Kensei ? J'pense bien que ça ira, normalement. x)

J'ai édité le nom et prénoms dans la fiche. x)

Natsuki > Ah oui... Centimètres en effet, autant pour moi. xD

Revenir en haut Aller en bas
Natsuki Kurodo:: Staff | Ni Ban Taï Fukutaisho ::
avatar
:: Staff | Ni Ban Taï Fukutaisho ::

Humeur : Détendue

Feuillet De Personnage
: : Reiatsu ::
40/100  (40/100)
: : Habilité en Combat ::
46/100  (46/100)
:: Expériences ::
20/100  (20/100)


MessageSujet: Re: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   Dim 28 Aoû - 13:12

Voilà, tout est en ordre ^^. Ton pseudo a été changé.

Mais du coup, ton père peut faire 280 centimètres, ça ce n'est pas un problème ^^. Je validerai ta fiche d'ici une heure ou deux si tu veux modifier tout ça.

Bon courage pour la fiche technique Wink

_________________
Ce que je déteste avoir raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-other-world.1fr1.net/t6-natsuki-kurodo-vice-capita
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   Dim 28 Aoû - 13:20

Ça ira comme ça, j'pense xD

Désolé pour les désagréments et merci. x)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Kojima H. Kensei [Prez' terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kojima H. Kensei [Prez' terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLEACH OTHER WORLD :: B.O.W. ACCUEIL  :: Cimetière des personnages-
Bleach © Tite Kubo - Bleach Other World © Gentoku Yamiko
Toute reproduction même partielle est interdite !
Protected by Copyscape Web Plagiarism Software
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Bleach RPG